BLABLA

Le veganisme ( et pourquoi pas?)

15 février 2015
Ah le véganisme, un sujet plus que délicat.


J’avais moi-même des à priori sur les apport nutritionnels et mon rapport avec l’éthique animale avant de m’y intéresser en profondeur il y a environs un an et demi. Je vais essayé de vous exposer quelques faits et mon vécu pour peut être éclaircir cette zone d’ombre (pleine de préjugé !). Je ne vais pas vous parler des bénéfiques sur la santé (bien qu’ils soient réels ici et ici) ni sur l’environnement (encore plus prouvé !, je pense faire un article détaillé à ce sujet) mais surtout sur les raisons éthiques : la raison fondamentale, la seule et unique en faveur des animaux ! (plein de liens sont mis dans cette article, n’hésitez surtout pas à cliquer, à rechercher d’autres sources, j’ai essayé de rassembler et synthétiser tous les liens / articles intéressants voir fondamental sur le sujet)

J’ai déjà entendu dire que le mode de vie végane est considéré comme une secte parce certaines personnes (?!) donc je vais essayé de mettre les choses au clair avec cette article.

Pour commencer quelques définitions

  • végétarisme : régime alimentaire excluant toute chair animale (poissons, viandes, crustacés)

 

  • végétalisme : régime alimentaire excluant toute chair animale + tout produit provenant d’un animal (miel, œuf, lait) Attention, il n’y a pas de traduction littérale pour l’anglais : on dit  » a vegan diet »

 

  • veganisme : Ce n’est pas seulement un régime alimentaire excluant tout chair et produit provenant d’un animal mais un mode de vie vis à vis du boycott de exploitation animale pour les besoins dit « humains ». Les véganes n’utilisent pas de produit testé sur les animaux , n’achètent pas de vêtement avec des peaux & produits animaux (laine, fourrure, cuir, soie) et ne cautionnent pas les activités les exploitant par passion ou par amusement (l’équitation, les cirques, les zoos…)

 

  • flexitarisme/pesco-vegetarisme/ pollo-vegetarisme : ce sont des termes courants mais au final ça revient au fait est que la personne est omnivore. Même si souvent l’utilisation du flexitarisme veut dire tendre vers le vegeta*isme, en transition, réduire sa part de produits carnés.



Comment?


 Je me suis tout d’abord intéressée à la nutrition et je suis tombée sur des articles sur les bienfaits de l’alimentation végétalienne, crudivore/rawtillfour, et de fil en aiguilles, j’en suis arrivée à des articles sur le véganisme et l’éthique animale. Je me suis interrogées sur ce que je mangeais, d’où cette nourriture que je consommais provenais, car je suis de nature curieuse et je souhaitais vraiment en savoir plus.

<< En fait, je ne me suis jamais dis que j’aimais les animaux,et même aujourd’hui je ne me considère toujours pas comme une « amoureuse des animaux ». >>


J’ai déjà mangé du cerf et de la baleine ainsi que du crocodile et surement aussi du chat ou du chien en Thaïlande quand j’y suis allée.
Bref, je savais que c’était pas du jolie-jolie ce qui se passait dans les abattoirs mais ça ne me dérangeais pas plus que ça notamment parce que je fermais les yeux

Pourquoi?

Je n’ai pas eu de déclic direct, mais au fil du temps je dévorais pendant minimum 1 heure par jour des articles sur le véganisme, comme beaucoup j’ai regardé ce discours, de nombreuses vidéos d’abattoirs et de maltraitances animales dites tout à fait « normales » et « habituelles » dans le milieu de l’industrie.

Après avoir compris qu’une alimentation sans viande pouvait être tout à fait équilibré, je me suis remise en question : pourquoi continuer? Je me considérais comme « flexitarienne » : je ne mangeais pas et n’achetais pas de viande/produit laitier chez moi mais chez les autres ça ne me poser pas de problème. Sauf que au fil du temps, j’avais des remords et je devenais de plus en plus dégoutter de ce goût de chair, qui a subi une mort atroce : en manger c’est accepter que cet être a été tué pour que je me délecte de son cadavre. Ce n’était plus en adéquation avec mes idées. De plus, je souhaitais avoir un impacts sur mon entourage : en faisant mon « coming out », je montrais au gens que le végétalisme existe, qu’on mange plein de bonne chose et que je suis toujours en bonne santé !  

franchement, ça a l’air bon non?


<< Et c’est comme ça qu’en Mai 2014 j’ai mangé mon dernier bout de chair animale >>


Je pensais que le régime alimentaire végétalien n’était pas fait pour moi : trop restrictif parce que j’adorais le fromage, trop limité : à toujours vérifier les ingrédients de ces achats. Pour autant, je ne mangeais pas de fromage à présure d’origine animal (c’est à dire: avec du boyaux de jeune veaux pour faire coaguler le lait). Bref, j’essayais de minimiser la souffrance animale vis à vis de mon plaisir gustatif encore une fois. Puis j’ai débarqué sur un groupe Facebook d’une communauté végétarienne, végétalienne et végane et là wahou, j’ai eu une claque (si vous avez envie de boycotter toute exploitation animale, adhérez au groupe ! Il faut lire impérativement la charte).

Au fil des conversations, je me remettais en question : le sort des vaches et de leur veaux que l’on séparent est aussi cruel, pareil pour les oeufs : les poussins mâles que l’on broie après leur naissance (mais aussi une autre réalité est que les poules dites « pondeuses » on besoin de garder leur œuf : elles se nourrissent de celui-ci mais aussi cela leur permet de ralentir leur production d’œuf pour vivre plus longtemps, un peu comme tous les animaux dit « d’élevages ».

Et puis après mettre fait un petit coup de pied au c*l il m’était impensable de continuer comme si de rien n’était, je suis alors devenu végane en octobre 2014 !

Pour autant, je suis en perpétuelle remise en question : je me considère aujourd’hui comme végane abolitionniste car je pense profondément que les animaux ne sont pas la pour nous servir mais pour vivre leur propre vie. Je suis pour l’abolition immédiate de toute forme d’esclavagisme animal, que ce soit pour :

 

Résumé de tout ces points avec le documentaire Earthling 

Dans notre société actuelle, il est tout à fait possible et plutôt facile de ce passe de l’exploitation animal. Cette décision n’est pas du tout auto-centrée : cette lutte je l’ai faite par éthique pour eux et vraiment pas pour moi : pour que ce massacre s’arrête !

 



Je suis super intéressée par votre opinion sur ce sujet, n’hésitez pas à donner votre avis

 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Vegan depuis 3 ans, le bilan - FortheMermaids - blog zéro déchet, vegan 23 octobre 2017 at 18:26

    […] vegan, aka l’une des meilleurs décision de ma vie. J’ai écris l’article « le veganisme (et pourquoi pas?) » mais je me suis dit que ça peut être sympa de faire un bilan avec 3 ans de […]

  • Reply marie 19 février 2015 at 16:31

    Merci beaucoup pour ta réponse.
    Du concret ça fait du bien 🙂
    Il y a plein d'infos sur le web ou dans les livres : on lit qu'il y a du calcium dans ceci, du fer dans cela, des protéines ici… mais on ne sait pas dans quelles proportions tout ceci nous est nécessaire.
    Mais j'ai bien l'impression que les VG ne se prennent pas autant la tête et s'en portent très bien.
    Merci pour le lien pour la b12, je vais regarder ça, je ne savais pas vers quoi me diriger.
    Il va juste falloir que j'augmente notre conso de légumes à feuilles vertes, mais il y a plein de recettes extras sur le web.
    Merci encore,
    Bonne fin de journée,
    Bises,
    Marie.

  • Reply Do it for the Mermaids ! 17 février 2015 at 23:14

    Merci pour ton commentaire !
    Je suis du même avis que toi concernant le lait animal, dire qu’auparavant je n'arrivais pas à comprendre pourquoi celui ci ne nous ai pas destiné !

    Concernant l'alimentation, après avoir lu de nombreux articles, le principal c'est de manger équilibré (beaucoup de fruit et légumes, verts notamment car ils sont riches en fer). J'avais tenté de mettre des légumineuses 1 fois par jour dans mon assiette pour remplacer les protéines animales mais mon ventre n'avait pas supporté ! Surtout que l'on a quasi pas de chance d'être anémié en protéine à l'âge adulte. Après faut bien varié en mangeant un peu de fruit à coques, pour l'apport en calcium !

    Pour terminer le seul truc à vraiment faire c'est les compléments en B12. C'est une bactérie qui se propage via la contamination par la terre, mais aujourd'hui nos terres ne sont plus aussi fertiles il faut alors recrée ses bactéries (que l'on supplémente via les médocs pour les animaux dit d'"elevage" un lien pour t'expliquer tout ça :http://www.pnnsvegane.fr/actualites-2/ mais sinon rien de spécial, c'est super facile 🙂

    Voici un lien qui parle de la nourriture vgr/vgl en bas de page : http://www.vegetarisme.fr/comment-devenir-vegetarien/alimentation-equilibree/

    En tout cas si tu te sens à contre courant ou seul, les groupes sur Facebook aident vraiment je trouve ! En plus ils peuvent t'apporter des conseils des infos. Pour le moment le meilleur groupe est celui cité dans mon article.

    Bises :))

  • Reply marie 16 février 2015 at 16:51

    Coucou,
    Je trouve ton article très intéressant. Chaque jour me conforte dans l'idée de devenir végétalienne.
    Depuis peu, je le suis à 100% chez moi et ai fait savoir à mon entourage que je ne voulais plus de poisson, je ne mange plus de viande depuis 10 ans, mais par conformisme et facilité, j'ai continué le poisson. Il y a peu encore, je ne m'imaginais pas arrêter oeufs, beurre et lait. Mais plus ça va et moins je ne peux tolérer l'exploitation animale, que je juge inutile et néfaste.
    Ce qui a facilité les choses c'est aussi de m'être rendue compte à quel point l'arrêt des produits laitiers de vache m'était bénéfique. Et j'ai fini par réaliser à quel point c'était anti-naturel, complètement farfelu que de consommer le lait d'un autre animal quand on n'imagine même pas goûter une goutte de son propre lait maternel.
    Dur dur de l'assumer au grand jour. Je me sens incomprise, ou plutôt ai peur de l'être, j'ai vraiment l'impression de vivre à contre-courant. Je voulais d'ailleurs aborder le sujet avec mon médecin et finalement je n'ai pas osé. Je ne pense pas qu'il en aurait su plus que moi.
    Comment fais-tu niveau compléments? Tu as une alimentation bien diversifiée qui évite les carences? Je me pose plein de questions. Je suis persuadée qu'un végétalisme bien mené permet d'être en pleine forme, encore faut-il savoir s'y prendre. Malheureusement je ne pense pas trouver un professionnel de santé parfaitement informé, et puis j'ai moyennement confiance dans les recommandations du ministère de la santé…
    Merci pour ton article.
    Bises,
    Marie.

  • Leave a Reply