A LIRE

Lecture : l’Art de la frugalité et de la Volupté de Dominique Loreau

15 avril 2016

vintage7



Je me suis lancée dans une collection des livres de Loreau via Momox. Si vous ne connaissez pas l’auteure, Dominique Loreau est une française expatriée au Japon depuis plus de trente ans et écrit des livres sur le minimalisme pour permettre entre autre de créer une passerelle entre les us et coutume asiatique et les nôtres.

Après avoir lu L’art de l’essentiel et L’art de la simplicité (dont je vous avez déjà fait un article) je vais partager mon avis et les quelques points qui m’ont paru essentiels dans le livre L’art de la frugalité & de la volupté .

Sexisme, culte de la minceur et autres joyeusetés

Qu’on se le dise, avec Loreau, nous commençons à avoir l’habitude, et nous n’y échappons pas dans ce livre : La femme est toujours au foyer, toujours à s’occuper de son petit mari, toujours ravi d’être une petite ménagère accomplie. Elle est omnibulée par son poids, elle se pèse même tous les jours , cherche toujours à maigrir et évite à tout pris les écarts.
Pour notre santé mentale, on va passer au dessus ces (nombreux) passages de ce type. Puis qu’on se le dise, je lui pardonne tout parce que le reste est tellement bien pensé que j’arrive à ne pas bloquer sur ce genre de passage.

Comme me l’a fait remarqué une bloggeuse (j’ai pas réussi à te retrouver alors fais moi signe !) , l’auteure a passé une grande partie de sa vie au Japon, où la place des femmes restent encore très traditionnelle, d’où son sexisme intériorisé, ce qui donne du coup un peu plus de nuance et d’appréhension à ses écrits.

 

Les cultures et leur rapport à la nourriture

Loreau nous raconte l’acte de manger selon différentes cultures et religions, et elle note que de tout temps et de tous les coins du globe c’est la frugalité qui est prônée.
Nos concepts modernes occidentaux nous dictent de manger, comme de finir notre assiette et donc de ne plus connaître notre faim. Elle va donc essayé de nous reconnecter à nos besoins à travers différents chapitres.

 

Qualité > Quantité

Manger moins mais mieux, c’est le concept phare de ce livre : privilégier la nourriture de saison, de qualité et simple plutôt que des plats préparés et/ou compliqués qui sont remplies de « vide » en vitamines et minéraux.
Comme pour les vêtements et la maison, le minimalisme s’invite partout, jusque dans nos plats et c’est franchement plein de bon sens.
Comme elle nous le raconte dans son livre, lorsque l’on mange des plats savoureux, nous n’avons pas besoin ,ni l’envie de manger trop.

Dans cet ouvrage, elle nous donne les clés pour comprendre que les mets les plus simples peuvent être les meilleurs : elle nous cite en exemple la cuisine japonaise, très raffinée mais aussi très simple : il suffit d’avoir des bons produits de base pour créer des plats exceptionnels.

 

Se nourrir de quoi au juste ?

Le ki est évoqué, il est l’énergie, un élément qui circule dans le corps des être humains et dans tout ce qui est vivant : il est l’essence même de la vie. Dominique Loreau fait un lien entre ce concept spirituel et la nourriture que l’on prépare : elle est rempli de vie, et « nourri » donc l’esprit, bien plus que des plats préparés et compactés sans amour.

 


 

En bref 

Ce livre est une ode à la bonne bouffe, il permet d’aller plus loin dans sa réflexion sur le minimalisme jusque dans nos petits plats. Si ce résumé vous a plu, vous serez conquis par ce livre permettant d’ouvrir un peu plus son horizon vers la philosophie asiatique et plus particulièrement japonaise, à l’essence même du minimalisme.

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Ariane 14 juillet 2016 at 20:17

    C'est une auteure que j'aimerais vraiment lire. Aussi, on pourrait dire que c'est tout un sujet que j'aimerais explorer. Je me rends compte que je n'ai jamais vraiment lu de livre sur le minimalisme. C'est à changer!

  • Reply Rosenoisettes 17 avril 2016 at 18:20

    J'aime particulièrement l'éthique et les pensées de D. Loreau, toujours pleines de sens et de bien-être.
    Ce livre est également une pépite, et comme tous il aide à se recentrer sur ce qui est important pour notre quotidien : plus simple et mieux.

  • Leave a Reply