CONSEILS MINIMALISME JOURNAL DE BORD

Bilan : 2 ans de minimalisme

6 décembre 2016

minimalisme1

Déjà deux ans que j’ai commencé ce cheminement, semé d’embûches, comme je vous en avais parlé sur l’article cheminement minimaliste : les vieux démons, mais malgré quelques erreurs de parcours, le bilan est plus que positif, voici ce que j’en retiens :

Arrêter de combler un  » vide »

C’est la première impression qui m’a le plus marquée quand j’ai commencé à me rapprocher d’ un état d’esprit minimaliste.
On remplit sa vie de possession, en pensant qu’ils nous reflètent, font partie de nous, de nos inspirations. Mais, ce ne sont pas nos possessions, ni leur prix, qui nous représente mais nous même.

Cette « mise à nu » m’a été très bénéfique, tout un processus c’est alors créé autour de cette idée : non, acheter pour acheter ne changera pas ma personne. J’ai fait (et je continue à faire) un long travail sur moi-même pour comprendre que l’on achète en général pour l’image que l’on veut renvoyer aux autres et non pas pour nous, on passe alors à la trappe le confort et l’ergonomie.

Je vais vous écrire un article plus en profondeur sur cette idée de « mise à nu » et surtout pourquoi le minimalisme fait peur. 

 

Qualité > quantité

Depuis ce processus, j’ai des idées beaucoup plus arrêtées et précises des choses que j’aime. Je ne me contente plus de m’accommoder d’objets qui ne sont ni ergonomiques ni durables. On pourrait penser que ça coûte plus cher mais non, par exemple je me contente pour tout l’ hiver de ma paire de derbies dr. martens, bien robuste et ultra confortable que j’ai depuis presque un an et demi, et tant que l’objet est répond à mes besoins basiques, pas de raison de le changer.

 

Des idées plus claires

Quand on supprime les sessions shoppings, les casses-têtes des soldes et autres flâneries sur des sites d’achat en ligne sans but précis, on désencombre notre esprit de cette surconsommation frénétiques, qui est censé être la norme. On devient plus terre à terre : on perd plus de temps à penser à des choses superficiels : le paraître, pour se concentrer sur des choses plus importante : nous et nos inspirations, notre avenir, nos projets.

 

Se contenter de peu

J’apprécie plus facilement les choses simples : se balader, bien manger, profiter du soleil, lire un livre,etc,… l’idée du « bonheur » devient plus simple et accessible. Les souvenirs sont fait pour durer, alors qu’un achat inopiné ne le sera pas : on est content sur le moment, puis après on rentre chez soi, on le range et hop : il n’apportera pas une joie éternelle mais bien éphémère, se baser sur l’excitation de posséder une chose n’est jamais durable dans le temps.

 

Pour aller plus loin je vous conseille ces deux lectures :

Le bonheur est dans le peu de Francine Jay (mon article à ce sujet)

L’art de la simplicité de Dominique Loreau (mon article à ce sujet)

 

Et vous ou en êtes vous de votre cheminement
qu’est ce que vous en retenez? 

minimalisme

You Might Also Like

14 Comments

  • Reply kathou 8 décembre 2016 at 22:49

    Bonjour, ce sujet me plaît mais je n’arrive pas bien à me rendre compte ce qu’est le minimalisme. Je n’est jamais été une grande consommatrice, enfin je crois… J’aime cette idée de faire le vide…je crois que je vais lire tes autres article

    • Reply julie 9 décembre 2016 at 12:18

      Bonjour ! Le minimalisme est l’idée d’être désencombré du superflu, pour résumer brièvement. Il y a une chouette vidéo très complete d’Aemi « Qu’est ce que le minimalisme ? «  pour expliquer ce principe ! N’hésite pas à lire mes séries d’articles à la rubrique « conseils minimalisme »
      passe une bonne journée à bientôt 🙂

  • Reply Amenate 8 décembre 2016 at 14:04

    coucou, je commence tout juste A connaitre le concept que j ai commencé sans savoir que cela portait un nom.
    petit à petit mon esprit se vide grâce à ce desemcombrement .

    L art de la simplicité est dans ma wish list .

    • Reply julie 8 décembre 2016 at 19:12

      Salut ! L’art de la simplicité est génial, n’hésite pas à revenir ici pour me donner ton avis 🙂 à bientôt

  • Reply Ingrid 8 décembre 2016 at 12:30

    De mon côté, j’en suis qu’à mes débuts, et je trouve que cela fait un bien fou. J’ai l’impression d’être plus légère! Un objet qui entre dans la maison doit passer « au contrôle  » et doit répondre à la question : « on a-t-on vraiment besoin? Je ne fais plus les boutiques, faute de temps….et cela m’enchante de ne plus remplir mon placard de vêtements qui ne seront jamais portés….

    • Reply julie 8 décembre 2016 at 19:08

      Bienvenue dans l’aventure alors ! C’est super d’avoir pris cette initiave, je pense que c’est la plus importante quand on débarque.
      Merci pour ton commentaire, passe une soirée

  • Reply Judith 8 décembre 2016 at 11:39

    Bravo pour ce beau chemin accompli ! Ici aussi, les changements et prises de conscience ont été plus que bénéfiques ! Pour rien au monde je ne ferais marche arrière.

    • Reply julie 8 décembre 2016 at 18:50

      Merci pour ton commentaire ! Cette aventure vers le minimalisme c’est que du positif ! Contente que la démarche te soit aussi bénéfique, passe une bonne soirée

  • Reply Rosenoisettes 8 décembre 2016 at 10:18

    Le minimalisme apporte aussi une sensation de liberté je trouve. On se libère d’objets et donc on se sent moins empétré par des possessions inutiles qui nous encombrent.
    C’est aussi un sacré gain de temps, d’espace et des économies de faites 🙂
    J’ai encore un petit bout de chemin à parcourir mais la vie est un éternel chemin.

    • Reply julie 8 décembre 2016 at 18:49

      Je te rejoins complètement, avant je perdais un temps fou à chercher des choses chez moi, maintenant tout est à sa place. Oui je pense aussi que c’est un cheminement sans fin, sur toute une vie !

  • Reply gwen 7 décembre 2016 at 11:12

    coucou,

    A la maison, nous cheminons vers le minimaliste depuis quelques années. On a donné énormément de choses. Je pense qu’on a du se défaire des 3/4 de nos affaires.
    Pour autant, je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on le soit, minimaliste. Il nous reste beaucoup de choses, mais des choses que l’on aime et que l’on utilise. Mes placards de cuisine sont bien remplis par exemple, parce que c’est une passion.
    La vieille platine vinyle de ma grand-mère, ça prend de la place et ce n’est pas minimaliste, mais je l’utilise chaque soir et je pense à ma mamie chaque fois que je lance un disque.
    Aujourd’hui, comme toi, je privilégie le confort et la durabilité quand j’achète et surtout, je refuse les objets dont je ne veux pas (j’ai refusé des cadeaux déjà, un grand moment^^).
    Je ne comprend plus qu’on puisse faire du shopping comme on pratique un loisir. Je l’avoue, quand on me dit manquer de temps pour faire du sport, lire, ou tout autre chose, mais qu’on passe son samedi après-midi dans les magasins, je suis perplexe.
    Bref, le minimalisme nous permet de mieux cerner nos besoins et nos envies (et je ne jette pas toutes mes envies à la poubelle hein ^^), de vivre plus simplement (pourquoi acheter un calendrier de l’avent 30€ alors que je peux le faire?) et récupérer du temps pour faire tout ce qui me passionne (et j’ai de quoi faire!).
    Par contre, ce n’est pas forcément économique dans le sens où, les achats durables sont souvent onéreux. Je pense à mes casseroles en inox ou aux couteaux de cuisine dans lesquelles j’ai enfin investi le mois dernier (en lame forgée et garantis à vie!).
    Je te souhaite une belle journée.

    • Reply julie 7 décembre 2016 at 19:21

      Merci pour ton commentaire, ça fait super plaisir !
      Oh tu sais de mon côté aussi, je suis graphiste et on est un couple touche à tout alors on a beaucoup d’objets en lien avec nos passions : appareil photo, différents objectifs, tablettes graphiques pour dessiner, plusieurs ordinateurs & une tablette, microphone… Tant que tout nous sert on est ravi, je ne me vois pas supprimer ces éléments de ma vie bien entendu ! Mais ça ne nous a pas empêcher de supprimer le « surplus » à côté tout comme toi 🙂
      Pareil, j’arrive plus à voir le shopping comme un passe temps, le monde, la musique…ça me donne mal à la tête !
      Après je pense que le coût (élevé) des objets durables s’étalent sur le temps, j’ai pris une casseroles Buyer garantie à vie aussi, risque pas de la remplacer de si-tôt !
      C’est super de voir qu’on a le même cheminement et qu’on se rend compte des même choses, passe une bonne soirée à bientôt

  • Reply Aimy G. 6 décembre 2016 at 23:28

    Bravo, beau chemin !
    J’ai encore un peu de mal à gérer les envies d’achat, mais je commence à avoir le réflexe de me poser la question « en ai-je vraiment besoin ? » lorsque je m’apprête à faire un achat plutôt « compulsif ». Et souvent je finis par reposer l’objet en question.
    Comme toi j’ai compris que se contenter de peu et se satisfaire des petites choses de la vie c’est l’essentiel ! Un grand soleil le matin en se levant ? Alors la journée va être parfaite.
    Bisous 😉

    • Reply julie 7 décembre 2016 at 19:10

      Merci pour ton commentaire, c’est exactement ça, on remarque les petites choses qui embellissent notre quotidien et ça fait du bien ! J’adore l’effet de reposer un objet, en général quelques jours après je pourrais même pas citer ce que c’était tellement c’était inutile. Bisous 😉

    Leave a Reply