BLABLA

Vegan depuis 3 ans, le bilan

22 septembre 2017

 

photo symbole peace

 

Après avoir pataugé un an sur la question, j’ai pris la décision en septembre 2014 de devenir vegan, aka l’une des meilleurs décision de ma vie. J’ai écris l’article « le veganisme (et pourquoi pas?) » mais je me suis dit que ça peut être sympa de faire un bilan avec 3 ans de recul.

 

L’évolution de mon ressenti

Le premier et le plus important point que je souhaite parler est cette impression de connexion avec les animaux. Je suis quelqu’un de très terre à terre, mais quelque chose s’est passé quand j’ai souhaité évoluer sur la question.  Quand je les regarde, je vois des êtres à part entière, qui ont leurs peurs, leur caractère et une personnalité propre. Je les vois comme mes semblables plutôt que comme des êtres limités et insensibles. En bref, mon regard sur eux a changé du tout au tout :  je les considère comme mes égaux, qui ont le droit de vivre tout comme moi. Et mes actions sont en phase avec cette pensée.

Ce cheminement s’est produit en devenant vegan. Un équilibre parfait entre mes convictions et mes actions : ne faire de mal à qui que ce soit, et que mon quotidien soit exempté de cette violence. Tout semble aligné, je suis en accord avec mes principes. Je ne refuse pas de regarder ce qu’il se passe dans les abattoirs, car je sais ce qu’il s’y passe et que je n’y participe en rien. Je ne peux qu’être triste pour leur sort.

Est-ce qu’être vegan est facile ? J’aimerais vous dire oui à 100%, mais occulter les troubles du comportement alimentaire d’un revers de la main serait hypocrite. Celles-ci concernent malheureusement un trop grand nombre de personne pour passer outre. Je vous envoie de la force et du courage si vous êtes dans cette situation…

 

L’alimentation  

Avant de changer mon alimentation j’avais l’impression que c’était compliqué. Je ne comprenais pas comment on pouvait faire un gâteau sans oeuf. Ni qu’un repas sans laitage ni viande pouvait être équilibré ! Je reviens de loin mais ils suffit de lire quelques ouvrages* et études* ou voir quelques reportages* pour se rendre compte que tout va bien. Le plus dur a été au final le regard des gens, car tout peut se « veganiser » en plus des plats vegan traditionnels.

Si je ne vous parlerai pas de mes erreurs de parcours, je vous mentirais. J’en ai eu quelques unes les premiers mois : je me jetais sur des sucreries quand il y en avait, même si celles-ci contenaient du lait et des œufs. Je m’en voulais terriblement. A froid, je pense que j’avais un soucis avec la bouffe à ce moment là, et je pense qu’en grande partie c’est à cause de ma pilule qui me donnait des fringales pour combler un « vide ». Je ne parlerais pas de TCA car non diagnostiquée, mais j’avais un rapport avec la nourriture pas très sain (en plus des sauts d’humeurs) . J’y reviendrais peut-être dans un article sur le sujet.

Au fil du temps, on ne se tracasse plus à lire les étiquettes : on se dirige toujours vers les bons produits par habitude. Et les repas deviennent aussi plus simple par la même occasion.  Les goûts évoluent aussi dans le même temps. La levure malté aka ce truc qui pue le mort est devenue la base de mon alimentation (j’exagère légèrement). Maintenant, je trouve  le petit goût de noix de coco dans les fromages végétales super savoureux ! Même l’immonde lait de soja nature où on sent bien les « plantes » comme je le pestais avant je le trouve très neutre. Les papilles mettent environs 21 jours à se renouveler donc au bout de 3 ans mes goûts ont bien évolué ! A ce sujet, mon planning de course bio, zéro déchet et vegan à 25€ peut vous aider, tout comme celui sur mes astuces pour manger végétalien et sans déchet.

photo vegan

 

 

Les mythes 

Impossible de faire l’impasse sur les mouvements healthy qui s’emparent du veganisme. Le problème majeur c’est que ça enlève toute la dimension politique, c’est à dire que ça zappe la lutte pour la libération animale.

Mais surtout c’est FAUX : non le simple fait de devenir vegan ne vous fera pas maigrir automatiquement, c’est plus compliqué que ça. Déjà, cette idée fait l’impasse sur tous les problèmes de santé (TCA, thyroide, hormonale, prise de cortisone…) et toutes les morphologies qui existent. Mais surtout on peut manger équilibré tout en étant carniste. Au dernière nouvelle, le sucre raffiné (européen en tout cas) les frites, l’huile et le chocolat sont bien végétales…

Pareil pour les mythes concernant une peau plus belle, la couleur des yeux qui s’éclaircit, la disparition de la cellulite, de l’acné et des maux de ventre … Car PLOT TWIST certaines choses peuvent s’améliorer quand vous supprimez un aliment dont vous pouvez être intolérant. Et ceux sans avoir besoin de supprimer le reste. Non, devenir vegan ne vous rendra pas plus « beau » (selon les standards de beauté actuels). Ça me semble logique mais bon, c’est un mythe un peu trop tenace relayé sans cesse.

Avoir une alimentation végétalienne est exemptées d’une chose plutôt nocives pour le corps : le fameux mauvais cholestérol. Sans rentrer dans les détails à chacune de mes prises de sang ce taux descend depuis 3 ans. Alors que j’étais très proche de la limite ! Je ne suis pas assez calée sur le sujet, je vous invite donc à consulter des études scientifiques pour aller plus loin.

 

Avec les autres 

Sujet épineux surtout si vous vivez avec vos parents. J’étais sans cesse énervée au début et agressive envers les autres… Mais cette impression de sortir toujours les crocs n’étais pas possible sur long terme. Ça ne dit pas qu’intérieurement je suis zen quand on me met de la chaire sous mes yeux …Mais j’essaie de rendre ça plus vivable pour moi.

Chacun-e milite à sa façon et je respecte totalement cela. Pour ma part, j’ai choisi de m’orienter vers la diffusion d’information : montrer les chiffres, informer. Mais aussi donner une image qui me semble positive de l’alimentation végétale et du véganisme en général. Vous me faites part de votre évolution, via mon blog et c’est génial de se dire qu’à mon niveau je peux faire bouger les choses !

 


 

Conseils et liens en vrac

 

Si vous voulez plus d’information je vais vous lister des liens qui peuvent vous intéresser. Internet est le graal concernant le sujet, entre les nombreux compte youtube, blogs et autres documentaires sur le veganisme.

Documentaires :

 

Livres, essais et études:

 

Mais aussi  l’importance de la supplémentation en B12. Pour ma part je prend toutes les deux semaines la marque Natrol en 5000mcg à 12€ le flacon qui me dure 2 ans. Et pour terminer la liste des marques Cruelty Free, je vous invite à visionner la vidéo de EtpourquoipasColine sur le sujet !

 


 

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Hélène 6 novembre 2017 at 10:40

    Végétarienne depuis un peu plus de sept ans, je mange végétalien à la maison mais j’ai du mal à « m’affirmer » en société (quand je mange à l’extérieur ou chez des gens). C’est vraiment le truc qui m’empêche d’avancer. Je me rends compte aussi que j’ai besoin de lire régulièrement des choses sur le véganisme pour que ma motivation ne s’effrite pas. Franchement, je suis un peu fâchée contre moi-même. Etant donné que je suis convaincue à 100% par le mouvement végane et tout ce qu’il suppose, je pensais que ce serait beaucoup plus facile pour moi « d’achever ma transition », mais je me rends compte que ma volonté ne vaut pas un sou dès que je sors de chez moi… Comme toi avant, je me jette facilement sur les sucreries; et de plus je préfère manger des aliments contenant des produits laitiers ou des œufs que de « déranger » mes hôtes ou les personnes qui nous servent au restaurant. Encore un long chemin à parcourir!

    • Reply Julie 7 novembre 2017 at 10:44

      Oh ça m’attriste un peu ton histoire, je me retrouve beaucoup dans ton témoignage ! Je t’envoie du courage, le plus difficile est toujours le regarde des gens. Peut être que si tu pose les bases, en les prevenant par avance que tu ne consomme pas de produits laitiers/oeufs avec tes hôtes ou ta famille clairement ce sera plus facile par la suite ? Je t’avoue qu’au resto (j’y vais pas souvent quand ils sont 100% Omni) c’est le plus chiant, il faut savoir s’imposer et c’est assez compliqué, auparavant j’étais vraiment la personne qui évité les conflits et ne demandais rien. Ya t’il une personne vegan autour de toi? Je sais que le passage au veganisme de mon copain, quelques mois après moi m’a été d’une grande aide, on se serre les coudes comme on dit

    Leave a Reply